Afrique : L’Administration Buhari accusée de diffuser de faux chiffres sur la fermeture des frontières

Afrique : L’Administration Buhari accusée de diffuser de faux chiffres sur la fermeture des frontières

 

Le gouvernement Fédéral du Nigéria n’a jamais autant communiqué sur son économie, depuis la mesure protectionniste prise par Muhammadu Buhari. Le Nigéria a en effet fermé ses frontières depuis le 20 Aout 2019,  avec ses voisins. Depuis, c’est un pilonnage médiatique qui est observé, mais ces agitations masquent selon plusieurs    commerçants et   sénateurs, les faux chiffres diffusés par la douane nigériane sur les possibles augmentations de recettes observées.

« Depuis que nous avons fermé la frontière, le taux de banditisme a considérablement diminué; le flux d’armes et de munitions a maintenant été réduit » a affirmé le contrôleur général des douanes du Nigéria.   En réponse à un tweet sur le sujet, plusieurs internautes ont  relevé à leur tour,   des informations trompeuses et hypocrites sur le fait que le Nigéria avait économisé 11 millions de litres d’essence lors de la fermeture de la  frontière de Sème avec la République du Bénin. Il est important d’informer la population nigériane sur les faits disponibles ont-ils laissé entendre.

« De nombreux commerçants importent des marchandises au Nigéria par le biais de Cotonou. La République du Bénin gagne ainsi des milliards. Avec la fermeture de la frontière, le Nigéria a réalisé un chiffre d’affaires historique de 9,2 milliards N en un jour et 5 milliards en moyenne par jour, selon les services des douanes du Nigéria.

Cependant, au début du mois d’octobre, plus d’un mois après la fermeture des frontières,  les représentants de la communauté Igbo  ont dénoncé la politique  dictatoriale  du gouvernement fédéral. L’érection des barrières dans l’espace communautaire et  l’augmentation de  la TVA ne sont pas du gout des nigérians. Au cours des débats qui ont précédé la motion soumises au Sénateurs nigérians sur la fermeture de la frontière, 9 sénateurs avaient dénoncé la précipitation du gouvernement fédéral et relevé que l’administration des douanes avait failli dans sa mission de contrôle des frontières. Pire, le gouvernement Buhari semble n’avoir pris aucune disposition pour endiguer les effets néfastes de la crise du coté nigérian.

Le vendredi 04 Octobre 2019, plusieurs commerçants   ont accusé les douanes nigérianes de vouloir saboter   les entreprises Igbo. En réalité, cette communauté qui traverse toute l’Afrique se plaint depuis le début de cette crise,  de mévente  et de pertes énormes. Les commerçants ont à maintes reprises demandé à Buhari de revoir sa position.


Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *