#Benin/Commune de Bonou Pourquoi Thierry Tolégbé doit œuvrer pour la cohésion et l’unité au sein conseil communal

Benin/Commune de Bonou

Pourquoi Thierry Tolégbé doit œuvrer pour la cohésion et l’unité au sein conseil communal

La quatrième mandature de l’ère de la décentralisation au Bénin s’est amorcée depuis quelques jours avec l’installation des nouveaux conseils communaux et la désignation des nouveaux maires et de leurs adjoints. Il serait illusoire de ne pas reconnaitre que le processus ayant abouti à la mise en place des nouveaux exécutifs communaux n’a pas laissé des séquelles. Beaucoup de maires ont en effet été imposés à la tête des communes par les partis politiques sortis majoritaires du scrutin du 17 mai 2020, quoique la personnalité désignée au poste de maire ne faisse l’unanimité au sein de ses pairs. A l’instar de nombreuses autres communes, Bonou a connu ce cas de figure.

Quoique disposant de tous les atouts nécessaires pour faire le job, la désignation de Thierry Tolégbé à la tête de l’exécutif communal de Bonou, n’a pas requis l’assentiment de la majorité des conseillers de l’Union progressiste (Up) et pour cause. Dans les concertations préalables à l’élection du nouveau maire et de ses adjoints, six des sept conseillers Up dont l’actuel titulaire du fauteuil communal, Thierry Tolégbé avaient porté leur choix sur le conseiller Kabirou Houessou. Fort logiquement et n’eût été l’adoption en procédure d’urgence le 02 juin dernier, d’une loi interprétative de certaines disposition du code électoral, c’est le jeune conseiller élu aux primaires qui serait investi dans les fonctions de maire de Bonou. Mais le parti politique qui visiblement a le dernier mot, en a décidé autrement.
Dès lors et au regard de tout ceci, il revient au tout nouveau maire de la commune de Bonou, d’œuvrer pour la cohésion et l’unité au sein du conseil communal. Ce défi s’avère d’autant plus crucial que déjà des épines semblent se glisser sur le chemin de la nouvelle mandature. Certains conseillers qui visiblement n’ont pas encore digéré sa désignation, ont entrepris de boycotter la deuxième session ordinaire du conseil communal.

Plutôt que de rentrer dans une guerre ouverte contre ces derniers, Thierry Tolégbé devra faire preuve de management et de diplomatie pour rassurer ses pairs et ramener la cohésion au sein du conseil. Pour y parvenir, il se doit de former un tandem avec son collègue Kabirou Houessou qui reste une pièce maîtresse au sein du conseil communal. Ce n’est qu’à ce prix qu’il pourra se mettre à l’abri de toute procédure de défiance qui pourrait aboutir à sa destitution, un triste phénomène qui, sous la précédente mandature, a compromis tous les espoirs de développement de cette commune stratégique de la vallée de l’Ouémé.

Gabin GOUBIYI


Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *