Centrafrique : à Sotchi, Faustin-Archange Touadéra demande des « armes lourdes » à Vladimir Poutine

Centrafrique : à Sotchi, Faustin-Archange Touadéra demande des « armes lourdes » à Vladimir Poutine

 

Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a demandé mercredi à son homologue russe Vladimir Poutine de renforcer l’aide militaire russe à la Centrafrique, réclamant notamment des livraisons d’« armes plus lourdes ».

 

« La Russie fournit une aide énorme à la Centrafrique », a assuré Faustin-Archange Touadéra, lors d’une rencontre avec Vladimir Poutine dans le cadre du premier sommet Russie-Afrique à Sotchi. Les Russes, qui assurent notamment la formation des militaires et des gendarmes centrafricains et aident le pays à moderniser ses forces armées, ont récemment livré une « deuxième tranche d’armes » à la Centrafrique, en lui permettant ainsi de couvrir « tous ses besoins en armes légères », selon le président centrafricain. « Mais des armes plus lourdes sont nécessaires pour créer des forces efficaces », a-t-il estimé.

 

À LIRE Centrafrique : comment Faustin-Archange Touadéra prépare son opération séduction pour le Sommet Russie-Afrique de Sotchi

« Nous croyons que les partenaires russes nous livreront aussi des moyens létaux (…), des véhicules de combat, des mortiers et d’autres (pièces) d’artillerie nous permettant de faire monter en puissance nos forces de défense et de sécurité », a affirmé le président centrafricain.

 

Assouplissement de l’embargo

Depuis le début d’une guerre civile en 2013 en Centrafrique, l’embargo sur les armes était total pour le pays même s’il a bénéficié depuis 2017 de quelques exemptions accordées par l’ONU, notamment à la Russie et à la France, pour équiper des unités de l’armée centrafricaine en voie de reconstitution.

 

Le 14 septembre, l’embargo a été nettement assoupli, le Conseil de sécurité des Nations unies ayant voté à l’unanimité pour autoriser à nouveau la livraison d’armes d’un calibre inférieur ou égal à 14,5 mm aux forces centrafricaines.

 

À LIRE Russie-Afrique : Centrafrique, le pays des Soviets ?

Selon Faustin-Archange Touadéra, les groupes armés actifs en Centrafrique « reçoivent des armes lourdes illégalement, en contournant l’embargo ». « C’est pourquoi nous ne pouvons pas reprendre le contrôle sur l’ensemble du territoire du pays », a-t-il déploré, en demandant « l’intervention » de la Russie pour que l’embargo de l’ONU soit levé.


Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *