Dimanche investigations : Pluies diluviennes, l’école en souffrance

Dimanche investigations :

Pluies diluviennes, l’école en souffrance

 

La saison pluvieuse a coïncidé avec la rentrée des classes. Elle est marquée par des pluies diluviennes qui perturbent les activités académiques sur l’ensemble du territoire national. Élèves, écoliers et étudiants, ont de la peine à suivre les cours. Face à cette situation, directeurs des études, Surveillant général et élèves de CEG se sont prononcés.

 

Prisca SABO âgée de 17 ans environ, en classe de première, série D au CEG Nokoué a fait savoir que c’est tout un calvaire qu’elle vit avant de se rendre à l’école en cette période de pluies.

« La pluie me frappe, je mets les pieds dans plusieurs eaux stagnantes avant d’arriver à l’école. Même quand je porte un imperméable, j’arrive à l’école avec le kaki mouillé, or le surveillant ne nous permet pas de rester en tenue bigarrée. Ce qui fait que nous sommes obligés de rester dans le kaki mouillé tout en subissant la fraîcheur », a-t-elle déclaré.

Ces pluies diluviennes ne font pas souffrir seulement les élèves, mais aussi leurs professeurs et le personnel administratif. La Directrice des études du CEG Nokoué, professeure certifiée des SVT, Cica Leonie TONOUKOUIN a expliqué les souffrances de ses collègues /enseignants.

” C’est un calvaire, nous souffrons ; la semaine passée, l’un de mes collègues/enseignants, en venant au cours, est tombé dans l’eau qui était sur la route au niveau du pont de Djonou. Il est venu au cours tout mouillé et avec des blessures. Il a dû repartir se soigner. Il n’avait pas pu faire le cours ce jour”, a-t-elle déclaré.

 

Les locaux et les cours d’écoles dans l’eau.

Quitter sa maison pour l’école est un calvaire. Une fois arrivé, avoir l’accès aux salles de classe est aussi un autre calvaire. À ce niveau, Mme Tonoukouin, censeure du CEG Nokoué, a précisé que leur école est située sur une terre très humide, ça fait qu’avec une petite pluie, leur école est inondée et ça fait glisser. « L’eau entassée sur la cour de notre école fait glisser élèves et professeurs. Le cas des professeurs devient comique pour les élèves », a-t-elle affirmé avec désolation.

Face à tous ces fléaux, l’administration de cette école n’est pas restée indifférente. Sur fonds propres, un “asphaltage ” a été fait afin d’atténuer un peu l’occupation de leur école par l’eau. Malgré cet “asphaltage”, l’eau prend toujours le dessus. Ce qui a amené la chargée des études à émettre un appel d’aide afin qu’ils couvrent entièrement et de manière propre la cour de leur école.

Les élèves, enseignants et personnel du CEG Zogbo de leur côté, ne sont pas épargnés des conséquences négatives issues de ces pluies diluviennes. Le Surveillant Général du CEG Zogbo, Serge DANON a affirmé sans langue de bois qu’ : « en cette période pluvieuse, la cour centrale et le terrain de sport de notre école sont inondés dès qu’il y a une petite pluie. On observe beaucoup de retards dans le cas des élèves.»

 

Jean-Paul ANAGONOU

 

 

TelegramFacebookTwitterWhatsAppEmailPartager0


Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *